Sophie Guillemette, alias Madame Reptile, vous propose une exploration directe des capacités, des possibilités d’une matière empreinte d’une symbolique millénaire : le serpent.

Dans sa démarche en art visuel, l’artiste a approfondit sa technique pour des résultats inusités et forts en symboliques culturelles. Depuis 2006, elle travaille sur sa recherche plastique afin de se perfectionner, maitriser et bien façonner la mue de reptiles. Au fil des œuvres, elle met à l’avant-plan la beauté et la sensualité.  La mue devient l’outil parfait pour expérimenter à la fois la beauté et la répulsion qu’inspire cet animal dans notre société occidentale.

Elle propose une exploration directe des capacités et des possibilités du serpent avec des préoccupations d’ordre artistique.

Jamais représenté dans son entièreté, l’animal à la forte symbolique se reconnait par la fluidité du trait et par la texture obtenue au moyen de mues de serpents. Vous pouvez apercevoir les reliefs des mues intégrées à la peinture. Considérant la fragilité du matériel, cette technique est très particulière et délicate. L’artiste possède une vision claire de son avenir et de l’impact de ses implications. Elle est d’ailleurs la première à intégrer ce type de matériel à sa démarche, sa recherche et ses œuvres artistiques.

Centre d’exposition Raymond-Lasnier, 2013

Beaucoup d’intensité, un vocabulaire plastique puissant et contrasté vient accentuer un travail appliqué essentiel pour façonner un univers fictif engendrant plusieurs pistes de lecture qui parfois nous parait étrangement familier.

 

Une des préoccupations de l’artiste est de repositionner les reptiles à un statut davantage gratifiant. Les titres du corpus d’œuvres touchent la nature, les légendes et la culture par les reptiles.

Ses réalisations artistiques, ses implications sociales pour la protection et le bien-être des animaux, ainsi que son intégrité font de Sophie Guillemette une personne très colorée, un exemple d’innovation et de persévérance dans le monde des arts et de la culture.

Piano public, Trois-Rivières, 2015

 

Savez-vous que?

Le processus de la mue est un changement partiel de la peau. Il fait partie du cycle de croissance chez les reptiles. Durant cette période, ceux-ci perdent la couche de cellules kératinisées de l’épiderme, ce qui renouvelle leur apparence. Une belle mue chez les reptiles est un signe de bonnes conditions. Les serpents qui ont contribué aux œuvres sont toujours vivants et en santé!

 

 

*Vous pouvez apprécier une dizaine d’oeuvres de l’artiste au zoo de Monsieur Reptile!

 

 

 

 

À consulter :
Bijoux fait par Madame Reptile

CV Sophie Guillemette
Documents de presse